Seat étend sa gamme avec la Mii, une mini-citadine dont les arguments rationnels vont de pair avec une livrée de jeune fille branchée… qui s’habillerait chez Mango.

Considéré pendant des années comme une locomotive du marché automobile marocain, le segment des mini-citadines est rentré depuis dans le rang. Il ne représente aujourd’hui qu’une petite part des immatriculations, à telle enseigne que nombre d’importateurs ont tout simplement renoncé à renouveler leur offre dans la catégorie. Ainsi, la Toyota Aygo ne figure plus au catalogue marocain, et les remplaçantes de ses cousines Peugeot 107 et Citroën C1 ne devraient pas non plus faire leur entrée sur notre marché. Résultat, il n’y a plus que les Hyundai i10, Kia Picanto, Suzuki Celerio et Ford Ka pour jouer les prolongations.

Prenant le contre-pied de cette tendance, Univers Motors, importateur local de la marque Seat, a décidé de prolonger sa gamme vers le bas avec la Mii, petite citadine quasi jumelle des Volkswagen Up! et Skoda Citigo, toujours pas commercialisées chez nous.

Appétit de moineau

Disponible uniquement dans sa carrosserie 5-portes, l’Espagnole s’habille de lignes simples et sans fioritures : sa silhouette cubique, ses flancs lisses et son capot très court semblent bien sages en comparaison avec ses congénères, dont elle ne copie finalement que la calandre et les optiques biseautées.

Même son de cloche à l’intérieur : la présentation fait dans le minimalisme, avec une planche de bord en plastique teinté comme unique fantaisie. En revanche, la qualité de finition ne suscite pas de critique et l’habitabilité bat des records. En effet, malgré son gabarit contenu (3,54 m de longueur, soit autant qu’une Fiat 500), la Mii met à profit ses formes carrées et de son empattement étiré (2,42 m) pour offrir suffisamment d’espace pour 4 adultes. Même les grands gabarits trouveront leurs aises sur la banquette arrière, pourvue d’un rayon aux genoux correct et d’une généreuse garde au toit.

Le coffre n’est pas en reste avec ses 251 litres de volume, une valeur qu’on croise plus souvent dans la catégorie supérieure.

Appétit de moineau

Fait à signaler, Univers Motors ne propose cette petite Seat que dans une seule finition, lorgnant sans ambages la clientèle féminine. Il s’agit de la Mii “by Mango”, une série spéciale cosignée, comme son patronyme l’indique, par la célèbre marque de vêtements et d’accessoires.

En visitant les cabines d’essayage de l’enseigne espagnole, la Mii en est sortie avec une véritable tenue de fashionista. À l’extérieur, le shopping de coquetteries se compose de deux coloris exclusifs et  aux appellations suggestives (“Beige Glam” et “Noir Intense”), de jantes alliage spécifiques et du logo “Mii by Mango” apposé sur les flancs, les marchepieds et le hayon du coffre. La séance de relooking est encore plus visible dans l’habitacle. Ce dernier reçoit une planche de bord à teinte gris métal ainsi qu’une sellerie cuir et Alcantara noire à surpiqûres beiges, là encore frappé de la signature “Mii by Mango”. Petite attention qui devrait ravir ces dames : fiché dans le bouton d’ouverture de la boîte gants, un petit crochet se propose d’arrimer leur sac à main pour l’empêcher de déverser son contenu au gré des virages. Il suffisait d’y penser…

Appétit de moineau

Tirée à quatre épingles, la Mii n’oublie pas de soigner également sa dotation en équipements : ABS, ESP, 4 airbags, lève-vitres et rétroviseurs électriques, climatisation manuelle, autoradio CD-MP3… Voilà qui est plus que correct, dans une catégorie où la tendance générale est plutôt au dépouillement.

Sous le capot, l’offre est limitée au seul 3-cylindres essence cubant 1.0 l, déjà vu sur la Volkswagen Polo. Développant 75 ch et 95 Nm de couple, il met en avant ses consommations modérées, ainsi qu’une certaine vivacité, autorisée par le poids plume de l’auto, maintenu en dessous des 900 kg.

Affichée au prix de 131 900 DH (et 127 400 DH comme prix de lancement), la Seat Mii s’avère plus coûteuse que la majorité de ses rivales asiatiques, qui disposent en outre de versions “premier prix’. Toutefois, avec ses allures “Fashion” et sa liste d’équipements, elle se verrait plutôt tailler des croupières à une autre petite citadine nommée Fiat 500. Entre la Movida espagnole et le glamour italien, ce sera à ces dames de décider…

[metaslider id=2380]