Dans sa variante Trailhawk, le Jeep Cherokee rappelle qu’il n’a pas troqué son âme d’aventurier pur et dur contre un costume de SUV branché. Confirmation en conditions réelles dans le désert d’Agafay, dans la région de Marrakech.

Se faire une place dans le segment encombré des SUV compacts est une mission ardue, même pour une marque dont la légitimité est acquise dans l’univers du 4×4. Et pour cause, depuis longtemps, l’écrasante majorité des clients n’a que faire des capacités de franchissement et des aptitudes hors du goudron, leur préférant des arguments parfois aussi frivoles que le look. Jeep, spécialiste des tout-terrain s’il en est, a parfaitement reçu le message. En renouvelant son Cherokee, le constructeur américain n’a pas hésité à lui appliquer la recette utilisée chez la concurrence. Revu de fond en comble, ce 5e opus se défait ainsi de sa tenue de baroudeur pour enfiler celle en vogue du Crossover, le tout en soignant sa présentation intérieure, faisant la part belle aux matériaux flatteurs et aux équipements de confort et de sécurité “up to date”. Plus marquant encore, le soubassement technique est celui, certes retravaillé,  de l’Alfa Romeo Giulietta, une berline compacte à vocation sportive. Le Cherokee y a gagné un comportement routier aussi plaisant que rassurant, qui a fini de le transformer en un SUV très civilisé. Cela veut-il dire pour autant qu’il a jeté aux orties ses gènes de baroudeur ? Que nenni.

outillée pour l’aventure

150408_Jeep_Cherokee_Marrakesh-Challenge_04

Pour convaincre les sceptiques et rassurer les puristes, le Cherokee offre, à côté de la version à deux roues motrices, pas moins de trois types de transmission intégrale. La plus sophistiquée du lot, baptisée “Jeep Active Drive Lock”, dispose de deux armes extrêmement rares chez les SUV compacts : un réducteur de rapports et le blocage électronique du différentiel arrière. Couplée exclusivement au V6 essence 3.2 l Pentastar de 272 ch, cette transmission est aussi réservée à la version Trailhawk, la plus huppée de la gamme et définitivement la mieux outillée pour l’aventure.

C’est justement la déclinaison que nous avons eu la possibilité de prendre en mains. L’occasion : le “Jeep Cherokee Marrakech Challenge”, un happening organisé par le constructeur à l’intention de la presse internationale, pour justement démontrer le potentiel de son 4×4 en off-road. Le lieu : le désert d’Agafay, à quelques kilomètres de Marrakech, un terrain de jeu idoine fait de plans sablonneux et de pistes rocailleuses, de descentes vertigineuses et de montées abruptes, de crevasses et de passages en dévers…

Authentique Jeep

Bref, un cocktail d’exercices en conditions réelles que les 8 Cherokee engagés dans cette expédition n’ont eu aucun mal à réussir… alors qu’ils n’étaient portant équipés que de pneus route !

C’est que cette version Trailhawk bénéficie de cotes spécifiques taillées pour ce type d’épreuves. En effet, sa garde au sol augmentée, ses angles d’attaque, ventral et de sortie supérieurs à ceux des variantes “normales” lui autorisent d’évoluer avec aisance dans les reliefs les plus accidentés, aidé en cela par sa gamme de vitesses courtes et par une batterie de béquilles électroniques. Présent sur tous les Cherokee à 4 roues motrices, le système “Selec-Terrain” offre au conducteur le choix entre différents modes de conduite (automatique, neige, sport, sable/boue) qui adaptent l’adhérence au type de surface. Sur le Trailhawk, un mode supplémentaire, nommé “Rock”, permet de rouler sur des terrains complexes aux vitesses adéquates. Autre botte secrète, plus spectaculaire : le “Selec-Speed”, qui transforme en de simples formalités les montées et les descentes les plus rudes. Le conducteur n’a qu’à sélectionner une vitesse de marche comprise entre 1 km/h et
9 km/h, lever ses pieds des pédales et laisser faire l’électronique. Saisissante d’efficacité, la manœuvre fait passer le profane pour un as du tout terrain.

Après une telle expédition, difficile de ne pas se laisser conquérir par l’impression de maîtrise que dégage le Cherokee Trailhawk en off-road, celle-là même qu’on est en droit d’attendre d’une authentique Jeep, fidèle à son pedigree. Certes, la plupart de ses futurs propriétaires ne s’aventureront peut-être jamais hors du bitume. Mais ceux qui le feront auront au moins la certitude que le SUV américain ira avec une certaine facilité là où beaucoup d’autres oseraient à peine poser un pneu.

Capture d’écran 2016-02-02 à 16.13.14

Capture d’écran 2016-02-02 à 16.11.58