L’Auto Expo fête son 10e anniversaire avec une foison de nouveautés. Passage en revue quasi exhaustive de celles qui feront l’événement au Salon casablancais.

Alfa Romeo Giulia QV
Alors que ses premiers exemplaires quittent à peine les chaînes de l’usine de Cassino, l’Alfa Romeo Giulia se dévoile pour la première fois au public marocain. Et la très attendue remplaçante de l’Alfa 159 le fait dans ses meilleurs atours, puisque la version exposée au Salon casablancais n’est autre que la “Quadrifoglio Verde”, déclinaison radicalement sportive. Au programme, une plastique ultra démonstrative mêlant courbes sensuelles et muscles saillants et agrémentée de la panoplie idoine du genre : ailes enflées, bouclier généreusement ajouré et appendices aérodynamiques en fibre de carbone. Le ramage fait tout pour valoir ce plumage : sous le capot percé se niche un inédit V6 3.0 l biturbo, emprunté en partie à Maserati et développant la bagatelle de 510 ch ! On s’en doute, les variantes “classiques”, qui devraient débarquer sur notre marché vers la fin de l’année, auront un physique et une fiche technique moins impressionnants.

150624_Alfa_Romeo_Giulia_1B

 

Audi A4
La carrière de l’A4 aura duré 8 longues années, et il est temps de passer la main à une nouvelle itération. Ceux qui s’attendaient à une révolution esthétique en seront pour leurs frais, tant cette 4e génération ressemble à sa devancière. Les différences se limitent à une revue de détail : une calandre plus anguleuse que jamais, des optiques plus sophistiquées et quelques lignes un brin plus acérées. Pourtant, tout est nouveau sur la familiale aux anneaux, à commencer par sa plateforme, allégée d’un bon quintal, au bénéfice des prestations routières et des consommations de carburant. Idem pour les motorisations avec, pour la gamme marocaine, un nouveau 2.0 l TDi de 150 ch. Enfin, la nouvelle A4 met en avant un contenu technologique “up to date”, en s’offrant des équipements plus courant sur la catégorie supérieure, dont le tableau de bord digital et paramétrable “Virtual Cockpit”.

Static photo, Colour: Vegas Yellow

 

BMW M2
Après les Séries 3, 4, 5 et 6, les SUV X5 et X6, c’est au tour de la BMW Série 2 Coupé de passer entre les mains des sorciers du département “M”. Le résultat est cette turbulente M2, petit coupé résolument taillé pour taquiner les chronos. Sa livrée annonce la couleur (que nous adorons dans cette teinte bleue), avec ses ailes bodybuildées, son bouclier avant ultra-agressif, ses jantes de 19 pouces et ses 4 sorties d’échappement. Ces dernières font souffler un inédit 3.0 l biturbo de 370 ch, transmis aux seules roues arrière. Les performances sont en conséquence : un 0 à 100 km/h expédié en 4,3 secondes et une vitesse de pointe de 270 km/h. Pas de doute, on tient la digne héritière de la cultissime Série 1 M Coupé et une alternative bien moins coûteuse à la grande sœur M4.
P90199668_highRes_the-new-bmw-m2-coupe

 

Citroën Aircross Concept
L’Auto Expo n’est pas qu’une foire commerciale. La preuve : ses stands accueillent aussi des concepts qui ne sont là que pour le spectacle. C’est le cas du Citroën Aircross, une étude qui trace les contours du nouveau style des chevrons et annonce un futur Crossover positionné au-dessus de l’actuel C4… Aircross. À contre-courant de la tendance actuelle, le concept choisit une allure de 4×4 viril, avec son capot plat et son profil carré, flanqué d’énormes jantes de 22 pouces ! L’intérieur constellé d’écrans joue la carte futuriste, alors que le capot renferme une motorisation hybride rechargeable, associant le 1.6 l THP de 218 ch à un moteur électrique de 95 ch. Si c’est à cela que ressemble l’avenir de Citroën, on est preneurs !
HIRES-6218

 

DS 4 Crossback
Désormais affranchie de la tutelle de Citroën pour devenir une marque à part entière, DS entame la “naturalisation” de sa gamme via une série de restylages. Après la DS 5 (également présentée à l’Auto Expo), c’est au tour de la DS4 de prendre une nouvelle identité, en troquant la calandre aux deux chevrons contre une rutilante grille généreusement chromée, baptisée “DS Wings”. Au passage, cette compacte premium en profite pour se décliner dans une variante “Crossback” aux airs d’aventurière, d’ailleurs la seule qui subsiste au catalogue marocain. Signes particuliers : une garde au sol légèrement augmentée, une face avant teintée de noir, des protections de carrosserie en plastique et autres barres de toit. La DS 4 commencerait-elle une nouvelle carrière sur notre marché ?
D_S_4_Crossback_UK_spec_ds4_suv_awd_3270x2188

 

Fiat 500
On ne le dirait pas, mais la Cinquecento pointe à presque 9 ans d’âge. C’est dire si la petite Italienne au look néo-rétro résiste aux affres du temps, enregistrant au passage des chiffres de ventes enviables. Du coup, plutôt que de la renouveler, Fiat se contente de lui offrir une profonde mise à jour… mais va jusqu’à parler de “nouvelle 500”. Pourtant, les changements esthétiques se limitent à des détails : optiques et calandre sont redessinées, le bouclier accueille une grille à “picots” et des feux de jour à LED, tandis que les feux arrière laissant apparaître la teinte de la carrosserie. À l’intérieur, outre des garnissages supplémentaires, on notera surtout l’arrivée d’un nouveau volant et (enfin) d’un système multimédia à écran tactile. On parie que cela suffira pour prolonger le succès de la 500.
150703_FIAT_Nuova-500_20

 

Fiat Panda
Né en 2012, la 3e génération de la Fiat Panda débarque enfin sur le marché marocain, où le segment des mini-citadines a pourtant du plomb dans l’aile. Prolongeant la gamme de la marque italienne par le bas, la nouvelle venue entend séduire avec sa silhouette sympathique et tout en rondeurs, mais également convaincre avec des arguments plus rationnels. À commencer par son habitabilité, plutôt généreuse au vu de son gabarit (3,65 m de longueur), ainsi que certains aspects pratiques, dont une banquette arrière coulissante, permettant de moduler l’espace arrière selon son besoin, en privilégiant l’aisance des passagers ou la contenance du coffre. Dernier atout de la petite Turinoise, et sûrement pas le moindre : ses prix compressés, puisque la grille tarifaire débute en dessous des 100 000 DH.
110830_F_NuovaPanda_01

 

Fiat Fullback
Fiat opère sa première incursion dans le segment des Pick-up, où il croisera le fer avec une concurrence bien établie et essentiellement japonaise. C’est justement avec un partenaire nippon que le constructeur italien s’est associé pour développer le Fullback : ce dernier n’est autre qu’une version “rebadgée” de la nouvelle génération du Mitsubishi L200, dont il ne se distingue que par sa face avant, ses logos et quelques détails au niveau de la présentation intérieure. Disponible en 3 configurations de carrosserie (simple cabine, cabine étendue et double cabine), ce pick-up “binational” est mû par un gros 2.4 l Diesel de 150 ou 180 ch, associé selon les versions à une transmission à deux ou quatre roues motrices.
Fiat-Fullback3

 

Honda Civic Berline

La gamme marocaine de Honda s’étoffe avec l’arrivée surprise d’une nouvelle mouture de la Civic… totalement distincte de l’actuelle version à 5-portes. Il s’agit plus précisément de la nouvelle variante “Berline” (ou 4-portes), récemment commercialisée dans certains marchés internationaux, mais pas encore en Europe. Si la compacte japonaise étonne par son style original, fait de lignes tendues et d’angles saillants, elle se distingue encore plus par son gabarit XL et sa longueur de 4,63 m, supérieur à celle d’une… BMW série 3 ! De quoi s’attendre à un espace à bord particulièrement généreux, qui se double d’une dotation en équipements complète. Sous le capot, l’offre se limite au nouveau 2.0 l i-Vtec essence de 158 ch, proposé avec une boîte de vitesses manuelle ou automatique à variation continue.
my16civicsedanexteriorgallery13

 

Ford Ranger
Commercialisé depuis 2012, le Ford Ranger passe aujourd’hui par la case “facelift”. Et le restylage opéré sur le pick-up américain est tout sauf discret. La face avant est en effet transfigurée par une calandre surdimensionnée, qui vient mordre sur les optiques, renforçant plus que jamais le côté baroudeur du Ranger. C’est encore plus le cas sur la version Wildtrak, armée d’une transmission intégrale et spécialement taillée pour l’exercice du off-road. Toutefois, le plus important des modifications concerne l’aspect technologique, avec la disponibilité d’un nouveau package d’aides à la conduite et l’arrivée du système multimédia SYNC2. Enfin, le 2.2 TDCi est reconduit, mais il gagne 10 ch pour passer à 160 ch, tout en réduisant sensiblement son appétit.
201514121048RANGER_BAI

 

Hyundai Genesis
C’est incontestablement l’une des grandes surprises du Salon casablancais : l’arrivée, sans crier gare,sur le marché marocain du label Genesis, ligne premium de Hyundai. Et le bal est ouvert par la grandeberline éponyme, qui entend chercher des noises aux Audi A6, BMW Série 5 et autre Mercedes Classe E. Si la Coréenne ne peut rivaliser en termes de notoriété et d’image, elle fait mieux que résister sur les terrains de l’habitabilité et du raffinement, avec un vaste intérieur drapé de matériaux nobles, ou encore celui de l’équipement en faisant sienne la politique du “tout compris”. Sous le capot, l’offre marocaine ne compte qu’un seul moteur, à savoir un V6 3.3 l essence suralimenté de 282 ch, le tout à un prix avoisinant les 600 000 DH.  S’agit-il d’un simple test ou d’une réelle volonté d’implanter cette nouvelle marque ? L’avenir le dira…
1619_original

 

Hyundai Tucson
Après une belle carrière couronnée de succès sur le marché marocain, le ix35 passe le relais à un remplaçant; qui ressort de la boîte à souvenirs le patronyme Tucson, enterrant ainsi les appellations en “i” au sein de la famille de Crossovers Hyundai. Il y a également rupture sur le plan du style : le nouveau SUV compact coréen s’habille d’une robe plus “adulte”, directement inspirée de celle du grand frère Santa Fe, avec des lignes plus statutaires et des optiques étirées encadrant une imposante calandre chromée. Profitant de dimensions en hausse, le Tucson offre une habitabilité en progrès et améliore au passage son bilan côté équipements, et ce dès la version d’entrée de gamme. Pas de nouveauté en revanche sous le capot, puisque le 1.7 l CRDi de 115 ou 141 ch et le 2.0 l CRDi de 185 ch (en 2 ou 4 roues motrices) sont reconduits, pouvant recevoir une boîte manuelle ou la récente boîte automatique à double embrayage DCT-7. Et comme il est d’usage chez Hyundai, les tarifs sont des plus compétitifs.
nouveau-tucson-11

 

Jaguar F-Pace
Un SUV chez Jaguar ? “Schocking !”, pourraient s’indigner les puristes parmi les inconditionnels de la marque. Et pourtant, faisant fi de la tradition et des cris d’orfraie, le constructeur britannique sous pavillon indien tente sa première incursion dans le juteux marché des Crossovers premium. Son arme de conquête se nomme F-Pace, et se pose rival direct des Audi Q5, BMW X3 et autre Mercedes GLC, voire du Porsche Macan. Long de 4,73 m et habillé d’une robe très dynamique, à mi-chemin entre le break de chasse et le 4×4, il reprend la plateforme à grand renfort d’aluminium inaugurée par les XE et XF, mais n’est proposé chez nous qu’en version 4 roues motrices. Les motorisations sont également piochées dans la banque d’organes du groupe Jaguar Land Rover, pour des puissances allant de 180 à 380 ch. L’équipement compte le nec plus ultra en matière de sécurité et de confort, pour des tarifs qui devraient être conséquence.
Jag_FPACE_LE_S_Location_Image_140915_03

 

Kia Quoris
Après 6 ans d’une florissante carrière, le Kia Sportage cède la place à son remplaçant homonyme. Si la base technique est totalement nouvelle, l’allure générale reste assez familière. Seules différences : des volumes un brin plus musclés et surtout une face avant totalement revisitée, avec une calandre “Tiger Nose” plus imposante et des optiques en amande placées en hauteur. Au passage, le Crossover coréen gagne quelques centimètres en longueur, histoire d’améliorer son habitabilité et la capacité de son coffre, et s’offre quelques nouveaux équipements et aides à la conduite. Sous le capot, on retrouve des mécaniques Diesel connues, à savoir les 1.7 l et 2.0 l CRDi, aux puissances allant de 115 à 184 ch.
the-new-kia-sportage-is-here-and-it-comes-with-a-lot-of-goodies_6

 

Mitsubishi Outlander
Rien de mieux qu’une petite opération de chirurgie plastique pour s’offrir une nouvelle jeunesse. Le Mitsubishi Outlander en est une preuve roulante : sa classique face avant laisse ainsi place à des optiques retravaillées et à une calandre plus imposante, encadrée de deux lames chromées qui font toute sa personnalité. Les feux arrière redessinés et ornés d’une nouvelle signature lumineuse achèvent la mue esthétique de ce SUV 7-places. Plus discrète, la mise à jour de l’habitacle concerne la planche de bord, qui accueille une nouvelle console centrale, ainsi que la liste des équipements, enrichie de nouvelles aides à la conduite. Pour le reste, on retrouve le 2.2 l Di-D de 150 ch, associé à 2 ou 4 roues motrices et à une boîte manuelle ou automatique à 6 rapports. Quant aux tarifs, ils sont toujours aussi canon.
551e4c6295a6569268000060

 

Mercedes Classe E
Un temps distancée par ses rivales que sont la BMW Série 5 et l’Audi A6, la Classe E entend remettre les pendules à l’heure avec sa nouvelle génération.  Celle-ci ne surprend guère par sa plastique, calquée sur celles des Classes C et Classe S. Elle entend plutôt séduire avec un habitacle vaste, parfaitement fini et généreusement équipé, et surtout avec un impressionnant contenu technologique. Selon les finitions, on citera à ce titre le tableau de bord flanqué de deux immenses écrans de 12 pouces, un éclairage à LEDs “intelligent” ainsi qu’une flopée d’aides à la conduite qui la rapprochent d’une voiture autonome. Côté moteurs, la gamme marocaine se compose d’un inédit 2.0 l Diesel de 195 ch (E 220 D) et du bien connu 3.0 l de 258 ch (E 350 D). Et pour ne rien gâcher, les tarifs se montrent plutôt compétitifs… pour la catégorie, s’entend.

Mercedes-Benz E-Klasse, AMG Line, selenitgrau magno, Leder schwarz/sattelbraun Mercedes-Benz E-Class, AMG Line, selenit grey magno, leather black/saddle brown

 

Mercedes GLS
Comme le ML, rebaptisé GLE pour s’identifier à la Classe E, le GL devient GLS pour se faire le pendant de la Classe S dans la gamme SUV de Mercedes. Ce changement de nom s’accompagne d’une profonde mise à jour qui concerne quasiment tous les éléments. Ainsi, le look se conforme au nouveau style maison, alors que l’habitacle reprend la planche de bord remaniée du GLE et calque pratiquement ses équipements sur ceux de la fameuse limousine. Côté motorisations, l’unique bloc proposé par l’importateur marocain est le 3.0 l Diesel de 258 ch (GLS 350 d), mais il est toujours possible de passer commande pour la monstrueuse variante GLS 63 AMG, forte de 577 ch.GLS 500 4MATIC ( Studio ), Exterieur: Citrinbraun, AMG Line, exterior: citrine Brown, AMG line

 

Mini Cabriolet
L’actualisation de la famille Mini se poursuit, et c’est aujourd’hui au tour de la déclinaison cabriolet de faire peau neuve. Sans surprise, cette version “topless” ne change pas sa recette d’un iota : prenant pour base la 3-portes, elle échange son toit en dur contre un couvre-chef en toile au mécanisme électrique. Le style de l’ensemble ne dépaysera pas les habitués de la marque, puisqu’on retrouve tous les gimmicks maison, auxquels s’ajoute une petite nouveauté : la capote peut désormais s’orner de décorations personnalisées. Par rapport à son prédécesseur, ce cabriolet a gagné 10 cm en longueur et 4 en largeur, au bénéfice de l’habitabilité et de la capacité du coffre, enfin suffisant pour partir un week-end sans oublier ses bagages. Enfin, le menu mécanique est calqué sur celui de la Mini Hatch, exception faite des motorisations d’entrée de gamme.
P90209309_highRes_mini-cooper-s-conver

 

Nissan GT-R Nismo GT3
À l’exception de la dernière génération du pick-up Navara, Nissan de dévoilait pas de réelle nouveauté sur le stand de Nissan. Ce dernier n’en accueille pas moins une vraie star, et des plus spectaculaires qui soient. Il s’agit la Nissan GT-R Nismo GT3, la version compétition du fameux coupé sportif, destinée aux écuries clientes. Basée le modèle de série, cette variante taillée pour les circuits se distingue évidemment par sa livrée extrême, à coups de stickers et d’appendices aérodynamiques, dont un gigantesque becquet arrière. Le menu mécanique est va dans le même sens : propulsée le V6 3.8 l biturbo de 500 ch, la GT-R Nismo GT3 a reçu une sérieuse cure minceur et des suspensions spécialement calibrées pour la course. Doit-on signaler que, à moins d’être patron d’écurie, cet exemplaire n’est là que pour vos yeux ?Nissan_GT-R_NISMO_GT3_2016_Aus_41

 

Opel Adam Rocks
Commercialisée chez nous depuis l’été dernier, l’Opel Adam s’encanaille et se décline aujourd’hui dans une variante aventurière, affublée du suffixe “Rocks” et voulue comme un mini-Crossover. Pour cela, elle se dote de l’accastillage classique de tout modèle “SUV-isé” : garde au sol augmentée, bouclier imposant orné d’un sabot factice, protections d’ailes et de bas de caisse en plastique noir. La partie mécanique est en revanche tout ce qu’il y a de plus classique, puisqu’on retrouve le 1.2 l essence et ses 70 ch, transmis aux roues avant. Rocks ou pas, l’Adam n’escaladera que les trottoirs des beaux quartiers.
Opel-ADAM-ROCKS-289975

 

Opel Astra
Avec près de 8 ans au compteur, la 4e génération de l’Astra fait encore de la résistance et conserve sa place au catalogue sous l’appellation “Astra Origin”. Elle est toutefois poussée vers la retraite par une nouvelle mouture autrement plus moderne. En plus de s’habiller d’une robe plus élancée, cette 5e itération perd jusqu’à 200 kg sur la balance pour soigner son agilité et sa sobriété, et 5 cm en longueur sans sacrifier l’espace dans l’habitacle. Ce dernier fait aussi sa petite révolution avec une planche de bord épurée, qui réduit le nombre de commandes physiques pour se doter d’un écran tactile multifonctions. La liste des équipements comprend aussi des aides à la conduite dernier cri, alors que l’offre mécanique se compose de moteurs récents, la gamme marocaine étant limitée à l’excellent 1.6 l CDTi dans sa version de 136 ch.
Opel-Astra-297495

 

Opel Corsa
Il était temps ! Malgré ses deux liftings, la Corsa avait de plus en de mal à cacher ses presque 10 ans d’âge. La relève est enfin là avec une nouvelle génération qui conserve la plateforme de sa devancière, mais change tout le reste. À commencer par la carrosserie qui, tout en restant familière, se conforme au nouveau style maison avec une calandre souriante et des flancs ornés de la fameuse “virgule”. Il en est de même pour les suspensions et l’architecture électronique, totalement revues, ainsi que l’intérieur en net progrès côté qualité perçue et dotation en équipements. En revanche, pas de réelle évolution sous le capot, puisque le 1.4 l essence de 100 ch et le 1.3 l Diesel de 95 ch sont toujours de la partie.
Opel-Corsa-289636-2

 

Peugeot 308 GTi
Chez Peugeot, la vedette est tenue par la variante “dopée” de la 308, qui reprend à son tour le mythique patronyme “GTi”, désormais appuyé par la mention “by Peugeot Sport”. Tout un programme, illustré d’abord par une tenue de sprinteuse, entre bouclier grillagé, ailes bodybuildées et jantes de 19 pouces, le tout emballé dans une originale teinte de carrosserie bicolore. Le plat de résistance se niche sous le capot, en la personne du 1.6 l THP suralimenté, ici poussé à 270 ch ! Cette cavalerie va de pair avec des trains roulants et un ensemble de freinage révisés en conséquence, pour aligner des performances de vraie sportive : le 0 à 100 km/h est réglé en 6 secondes et la vitesse maximale est limitée à 250 km/h. Cerise sur le gâteau, le tarif sait rester sage, juste en dessous des 400 000 DH.PEUGEOT_308GTi_1506JS_12

 

Porsche 718 Boxster
La Porsche 911 avait secoué son monde en affublant toutes ses motorisations de turbocompresseurs. Pour son restylage, le Boxster pousse la logique encore plus loin, en adoptant le préfixe “718” et surtout en abandonnant ses 6-cylindres au profit de deux “Flat-Four”. Oui, vous avez bien lu, deux quatre-cylindres à plat, un 2.0 l turbo de 300 ch (718 Boxster) et un 2.5 l turbo de 350 ch (718 Boxster S). Par rapport à la précédente mouture, cela revient à un gain de puissance de 35 chevaux, pour un appétit en baisse de 13%. L’arrivée des nouveaux moteurs s’accompagne d’une révision des trains roulants et de quelques retouches esthétiques (optiques, boucliers et feux arrière remodelés), tandis que l’habitacle reçoit un nouveau volant et un système multimédia plus moderne.zoom-8

 

Porsche Macan GTS
En attendant l’arrivée programmée d’une version d’entrée de gamme, mue par un 4-cylindres essence de 2.0 l, le Macan s’offre du nouveau sous le signe de la sportivité. Voici venir la version GTS, qui s’intercale entre les variantes S et Turbo. Cette déclinaison affûtée reprend le V6 3.0 l biturbo de la première, mais avec 20 ch et 40 Nm supplémentaires (à 360 ch et 500 Nm) et couplé d’office à la boîte à double embrayage et 7 rapports. Le package comprend également un châssis retravaillé et rabaissé de 15 mm, un système de freinage renforcé et de jantes de 20 pouces. L’échappement sport et de nombreuses touches de noir brillant parachèvent la spécificité de ce modèle musclé.P15_0943_a4_rgb

 

Range Rover LWB
Comment parvenir à monter encore en gamme quand on est considéré comme la référence parmi les grands SUV luxueux ? Réponse du Range Rover : se décliner dans une version “à rallonge” à l’empattement étiré, sobrement baptisée LWB, pour “Long Wheelbase”. Cette séance de stretching se traduit par une amélioration de l’espace aux jambes dévolu aux passagers arrière de l’ordre de 14 cm. Comme dans une limousine, ces derniers disposent d’une commande pour avancer le siège avant passager et d’un dossier inclinable à 17 degrés (8 de plus que sur le “Range” normal). Sur la finition la plus huppée “Autobiography Black”, l’équipement s’enrichit de tablettes rétractables électriquement, d’un compartiment réfrigéré et de sièges avant massants. Le tarif est bien évidemment à la hauteur d’une telle débauche de luxe…
RR_LWB_Studio_281013

 

Renault Mégane
Le renouvellement de la gamme Renault arrive aujourd’hui au segment des berlines compactes, avec la 4e génération de la Mégane. Faisant sienne la nouvelle identité esthétique du Losange, elle s’habille d’un look séducteur, imitant les ailes rebondies et les flancs creusés de la Clio ainsi que les faces avant et arrière de la toute récente Talisman. L’habitacle met quant à lui l’accent sur la qualité perçue, avec une finition en net progrès, mais surtout sur les équipements avec, selon les finitions, un écran tactile 9 pouces en format portrait et une flopée d’aides à la conduite plus courante sur le segment supérieur. Mieux encore : la version GT (et non pas GT Line), pour le moment indisponible chez nous se dote des 4 roues directrices, une première dans la catégorie. Il n’y a qu’au chapitre des motorisations qu’on trouvera peu de nouveauté, puisqu’en Diesel, les 1.5 l dCi et 1.6 l dCi sont toujours de la partie.Renault_71416_global_fr---copie

 

Renault Talisman
Renault fait son retour sur le segment des familiales avec la Talisman, mettant fin à l’intérim effectué par la très discrète Latitude. Berline au gabarit imposant (4,85 m de long), la nouvelle venue aura également la charge d’incarner le haut de gamme du losange sur notre marché. Sans surprise, on retrouve dans ses traits la nouvelle identité esthétique maison, agrémenté de nouveaux gimmicks comme les feux de jours en “C” ou les feux arrière horizontaux. Généreuse au chapitre de l’habitabilité, la Talisman l’est aussi en matière d’équipements avec une foule de dispositifs de confort et d’aides à la conduite, sans oublier le châssis “4Control” (optionnel) à 4 roues directrices. Côté moteurs, on est en terrain connu avec, en Diesel, les 1.5 l dCi et 1.6 l dCi, pour des puissances allant de 110 ou 160 ch. La commercialisation est prévue pour l’été.
Renault_69944_global_fr

 

Renault R.S. 01
Après s’être dégourdi les pneus durant le week-end WTCC à Marrakech, la Renault R.S. 01 est venue les poser sur le stand de la marque à l’Auto Expo. Née d’abord sous la forme d’un concept, cette supercar qui ne dit pas son nom est devenue réalité, mais seulement pour les besoins de la compétition. Il faut dire que sa fiche technique ne ressemble à rien de connu dans la série ou presque : une cellule en carbone, une carrosserie en matériaux composites, une aérodynamique aux petits oignons et, surtout, un V6 3.6 l biturbo de 550 ch emprunté à la Nissan GT-R. Conjuguées à un poids plume de 1 150 kg, ces caractéristiques débouchent sur des performances folles, avec une vitesse maxi dépassant les 300 km/h. Seul hic, et il est de taille : un prix dépassant les 3 millions de DH.renault-rs-01-autre-87692

 

Seat Ateca
Seat élargira bientôt sa gamme marocaine avec l’Ateca, sa première incursion dans le segment juteux des SUVs compacts. Dévoilé au dernier Salon de Genève, le Crossover espagnol est aussi de la fête casablancaise, histoire de préparer sa commercialisation, prévue pour la fin de l’année. Prenant pour base la plateforme modulaire MQB du groupe Volkswagen (partagée entre autres avec le nouveau Tiguan) et long de 4,36 m, l’Ateca avoue un évident air de famille avec la Leon. On retrouve en effet des clés de style communes, comme la calandre élargie, les optiques effilées soulignées par une signature lumineuse à LEDs, ou encore les plis de carrosserie qui structurent ses lignes. Il en est de même pour le mobilier intérieur, les équipements et l’offre mécanique, cette dernière comprenant entre autres les bien connus 1.6 TDi et 2.0 TDi, associés selon les versions à une transmission à 2 ou 4 roues motrices. Et pour peu que les prix soient suffisamment compétitifs, Seat tient probablement là un best-seller en puissance ?
Seat-Ateca_2017_1600x1200_wallpaper_04

 

Seat Ibiza
Elle a beau aller sur ses 7 ans, l’actuelle génération de l’Ibiza n’a toujours pas envie de prendre sa retraite. Elle vient même de recevoir un deuxième restylage destiné à prolonger sa carrière. Côté style, les changements sont plutôt ténus, les plus visibles étant une calandre légèrement retouchée et l’apparition de feux de jour à LEDs. Et si l’équipement s’enrichit de quelques gadgets, dont un système multimédia à écran tactile, c’est surtout sous le capot que se trouve du nouveau. La citadine espagnole accueille ainsi deux 3-cylindres inédits, un 1.0 l essence de 75 ch et le 1.4 l TDi, dans sa variante de 105 ch, un chiffre de puissance rare dans le segment.
2016-seat-ibiza-02

 

Skoda SUperb
Le vaisseau amiral de Skoda a toujours été un champion de la rationalité, débordant de qualités à même de convaincre le bon père de famille : une habitabilité généreuse, une finition proche des standards allemands, une dotation en équipements très correcte et, pour couronner le tout, des tarifs ultra-compétitifs. La nouvelle génération de la Superb conserve et renforce même ces atouts, tout en y ajoutant un élément qui a toujours manqué à sa devancière : l’art de la séduction, avec des lignes affinées, plus élégantes que jamais. L’adoption d’une nouvelle plateforme a aussi permis à la grande Tchèque de réduire sa masse, de faire évoluer son contenu technologique et de s’appuyer sur des motorisations plus récentes, dont le 2.0 TDi 177 ch retenu pour la gamme marocaine. Que demande le peuple ?Skoda-Superb-2016-1600-11

 

Skoda Fabia
Après une absence qui aura duré plus d’une année, la Fabia est de retour dans le catalogue marocain de Skoda, précisément dans sa nouvelle itération. Une troisième génération qui, si elle conserve la plateforme de la précédente, opte pour une esthétique plus affirmée avec une calandre plus imposante, des lignes aux angles vifs et des ailes légèrement renflées du plus bel effet. La présentation intérieure se veut moins austère, alors que l’habitabilité, qualité traditionnelle des Skoda, se situe toujours au-dessus de la moyenne, comme la contenance du coffre, simplement la plus généreuse du segment (350 litres). En attendant l’arrivée d’un Diesel, l’unique version disponible chez nous est mue par le récent 3-cylindres 1.0 l essence de 75 ch (pioché dans la banque d’organes de Volkswagen) et proposée avec un équipement très correct, contre un tarif plutôt compétitif. Autant dire que la Fabia est repartie pour un tour.fabia-teaser-front-_0

 

Toyota Avensis
Bien qu’ayant atteint l’âge canonique de 7 ans, l’Avensis devra encore attendre son remplacement et se contenter d’un profond restylage. Celui-ci se concentre sur la face  avant, qui reçoit des optiques et une calandre redessinées, rappelant avec insistance l’actuelle Auris, alors que les feux arrière s’affinent et s’ornent de diodes LED. À l’intérieur, on notera surtout l’adoption d’une planche de bord totalement redessinée, accueillant un noyeavu système multimédia à écran tactile. La gamme de motorisation ne compte (pour le moment ?) que 1.8 l VVTi essence de 147 ch, qui ne fera certainement pas un gros score de ventes sur notre marché.
Avensis_03

 

Toyota Rav 4
Lancé il y a près de 3 ans, l’actuel Toyota RAV4 reçoit sa première mise à jour, histoire de mettre ses lignes en conformité avec celles des récentes productions de la marque. Les modifications relèvent logiquement du détail : une calandre et des optiques affinés, un bouclier plus agressif, des feux arrière retravaillés… et le tour est joué ! L’habitacle accueille des garnissages plus flatteurs, une instrumentation revisitée et quelques nouveaux équipements. Pas de gros changements côté mécanique, puisque le 2.0 l D-4D de 124 ch et le 2.2 l D-4D de 150 ch sont reconduits. La surprise est plutôt la disponibilité d’une version hybride, mue par un 2.5 l essence associé à un moteur électrique, et qui devient paradoxalement le plus puissant RAV4 de l’histoire, avec une puissance cumulée de 197 ch. Comme quoi, on peut être à la fois écolo et amateur des sensations.

2016 Toyota RAV4. More on http://avtolog.com/catalog/toyota/rav4-2016/

Toyota Prius
Sur notre marché, la précédente génération de la Toyota Prius n’a connu qu’une diffusion confidentielle. Pas de quoi décourager l’importateur de la marque nippone, qui persiste et signe en lançant la nouvelle mouture de l’emblématique hybride. Cette dernière surprend d’abord par sa plastique “clivante” : certaines la qualifieraient d’originale, d’autres la jugeraient assez torturée, mais personne n’osera prétendre que Toyota ait fait le choix de la banalité. La présentation intérieure suscitera moins de débats, tout comme la finition, en net progrès, et l’habitabilité, plutôt satisfaisante pour une (grande) compacte. Mais le clou du spectacle reste le groupe hybride, associant un 1.8 l essence à un moteur électrique, pour une puissance cumulée de 122 ch et une consommation moyenne annoncée à 3,3 l/100 km. L’appel aux âmes vertes est lancé !
PRIUS_30_Sept2015

 

Volkswagen Passat
Récompensée par le titre européen de “Voiture de l’année 2015”, la nouvelle génération de la Passat entend reprendre son statut de référence dans le segment des berlines familiales. Comme il est de coutume chez la marque, les lignes se veulent plus valorisantes que séductrices, ne s’autorisant que peu de fantaisies. En revanche, la grande Allemande (4,77 m de longueur) capitalise sur ses arguments habituels, que sont l’habitabilité et la qualité de finition, auxquels s’ajoute désormais un contenu technologique de haute facture… même si le fameux tableau de bord numérique “Virtual Cockpit” est pour le moment indisponible sur notre marché. Pas de grande surprise sur la fiche technique, le 2.0 l TDi maison, dans sa version de 150 ch, étant l’unique motorisation proposée dans la gamme marocaine.
Volkswagen-Passat-2015-1600-01

 

Volkswagen Touran
Cela peut étonner, mais il a fallu pas moins de 13 ans de carrière et deux restylages pour que le Touran passe enfin la main à une (vraie) nouvelle génération. Tout en reprenant le nouveau style de Volkswagen, celle-ci conserve des lignes très classiques et une silhouette toujours aussi carrée. Car plus que le look, ce monospace privilégie les aspects pratiques : il gagne 13 cm en longueur et 4 cm en largeur, au profit de l’espace à bord qui peut emporter jusqu’à 7 passagers. La modularité n’est pas oubliée, avec des sièges individuels et coulissants sur le deuxième rang, auxquels s’ajoutent 2 sièges escamotables dans le plancher du coffre. Seul bémol : le seul moteur disponible chez nous est l’ancien 2.0 l TDi de 110 ch, qui permet toutefois de conserver des prix compressés.
DB2015AU01043_small.JPG

 

Volvo S90
Volvo poursuit au pas de charge le renouvellement de sa gamme par le haut. Après le très réussi XC90, voici la S90, remplaçante de la S80 et nouveau porte-drapeau du constructeur suédois. Cette grande berline, frôlant les 5 mètres de longueur, s’habille d’un style des plus élégants, conforme à la nouvelle orientation esthétique de la marque, est étroitement dérivée du grand SUV précité. Sous le capot, on retrouve donc la nouvelle famille de 4-cylindres suralimentés, en essence comme en Diesel, la gamme marocaine se concentrant sur les versions D4 de 190 ch et D5 de 235 ch. L’attirail technologique est également emprunté au XC90, dont le système multimédia à écran tactile “Sensus Connect”. La nouvelle venue innove toutefois avec le système de conduite assistée “Pilot Assist”, qui flirte de près avec le principe de la conduite autonome.
170129_Front_Quarter_Volvo_S90_White

 

Volvo S60 T6 Polestar
Polestar est à Volvo ce que “M” est à BMW et AMG à Mercedes, la division qui se charge de développer les déclinaisons les plus bouillantes de ses modèles. Résultat, quand la S60 passe entre les mains de ses ingénieurs, elle subit un traitement de choc pour se transformer en une redoutable sportive. Au programme, un châssis rabaissé, des suspensions retravaillées et un système de freinage renforcé, le tout pour se mettre au niveau du 6-cylindres 3.0 l T6, fort de 350 ch et de 500 Nm de couple, transmis aux 4 roues. Verdict au chrono : un 0 à 100 km/h réglé en 4,9 secondes et une vitesse maximale limitée à 250 km/h. C’est bien trop rapide pour adm irer la teinte exclusive “Bleu Cyan”, signe de reconnaissance chromatique de Polestar.
S60PolestarIceS60Polestar3

 

Volvo S60 Cross Country
Des protections en plastique noir, des boucliers avant et arrière affublés de sabots, une garde au sol augmentée… On a plutôt l’habitude de voir ce type d’accastillage sur des breaks habillés en baroudeurs, comme le Volvo V60 Cross Country, également présenté à l’Auto Expo. Sauf que là, c’est une classique 4-portes qui reprend cette panoplie à son compte. Il s’agit de la S60 Cross Country, une drôle de berline haute sur pattes qui n’a tout simplement aucune rivale sur le marché. Destinée aux terrains accidentés, la Suédoise est proposée chez nous dans sa version à 2 roues motrices, motorisée par le récent 2.0 l Diesel D4 de 190 ch. À réserver aux anticonformistes convaincus !
volvo-s60-cross-country-unveiled-the-go-anywhere-sedan-photo-gallery_8