Renault fait son retour dans le segment des familiales avec la Talisman, grande berline aux multiples arguments. Portera-t-elle bonheur au Losange sur le marché marocain ?

Depuis la retraite prématurée de la Laguna III, Renault brillait par son absence dans le segment des familiales, où la Latitude se contentait de jouer les bouche-trous. L’anomalie est désormais corrigée avec l’arrivée de la Talisman, censée remplacer ses deux congénères précités, un peu comme la Peugeot 508 avait pris le relais des 407 et 607. Cela justifie d’ailleurs le gabarit XL de la nouvelle venue qui, avec ses 4,85 m de longueur, figure parmi les plus imposantes de la catégorie. Ces dimensions sont presque masquées par un design tout en rondeurs, alternant volumes rebondis et courbes sensuelles, dans la droite ligne de l’identité esthétique du Losange. La caution statutaire est portée par la face avant, massive et un peu surchargée de détails, et par des feux arrière horizontaux qui élargissent l’assise du véhicule. Fait à noter, la Talisman rompt avec la tradition du hayon sur les grandes berlines de Renault : contrairement aux apparences, il s’agit bien d’une 4-portes à malle indépendante. Exploitant ces cotes généreuses pour offrir un espace qui l’est tout autant, l’habitacle joue davantage la carte de la sobriété. La planche de bord, au dessin assez épuré et à la finition très correcte, prend pour épicentre une tablette tactile verticale de 8,7 pouces (de série dès le 2e niveau d’équipement), qui gère le système d’infodivertissement R-Link 2. Pratique et relativement aisé à appréhender, il contrôle les fonctions multimédia, téléphonie et navigation, ainsi que divers réglages de la voiture.

Talisman-back

L’argument des équipements
Ce n’est que l’un des dispositifs proposés par la Talisman, qui place les équipements parmi ses premiers arguments de séduction. Si la liste est assez fournie sur la dotation d’entrée de gamme “Explore” (écran tactile 7’’, navigation GPS, accès et démarrage sans clé, détecteur de pluie et allumage auto des feux, siège conducteur massant…), la version supérieure “Intens” flirte avec le luxe, empilant des raffinements comme l’affichage tête-haute, la sellerie cuir, les sièges avant ventilés, la caméra de recul, l’assistant de stationnement ou encore l’éclairage full LED. Citons aussi le sélecteur de modes de conduite “Multi-Sense”, qui agit sur différents paramètres dont le duo moteur-boîte, la direction, l’éclairage d’ambiance ou le graphisme du tableau de bord, et surtout la gestion des 4 roues directrices du châssis “4Control”, proposé en option.

Talisman-R-LINK

Modus operandi : un moteur électrique braque les roues arrière dans le sens opposé des roues avant à basse vitesse, et dans le même sens au-delà de 50 km/h. Objectif : rendre l’auto plus maniable en ville, et plus stable et efficace sur route.

 

Option quasi indispensable : Le châssis “4Control”
Pour avoir essayé un exemplaire doté de ce châssis, on peut l’affirmer sans hésiter : le résultat est proprement bluffant. Le système “4Control” rend tout plus facile, repoussant les limites d’adhérence et offrant à cette grande berline une insoupçonnable agilité. Du coup, on ne peut que recommander cette option, facturée au tarif raisonnable de 15 000 DH. Pour pouvoir profiter de ce toucher de route, le client marocain n’aura pas toutefois le choix des armes. En effet, la gamme de motorisations se limite au 1,6 l dCi, ici dans sa variante à double suralimentation, forte de 160 ch et 300 Nm. Idem concernant la transmission, puisque ce bloc est adossé exclusivement à la boîte automatique à double embrayage EDC, pourvue de 6 rapports. Voilà qui explique, du moins en partie, le positionnement tarifaire de la Talisman.

16-TALISMAN

Avec des prix démarrant à 305 000 DH, elle n’est pas vraiment la plus compétitive du segment. Pour autant, habitable, confortable, bien équipée et plaisante à conduire (surtout avec le châssis “4Control”), elle permet à Renault de revenir en force dans la catégorie très disputée des berlines familiales. Avec l’ambition d’y faire mieux que de la figuration.