Un circuit d’essais, 6 jouets pour adultes et une petite journée pour les découvrir. Tel était le menu, fort appétissant, du Discovery Tour Renault Sport. À consommer sans modération.

La patrie de Molière est réputée pour ses talents gastronomiques. Mais c’est à un menu d’une autre nature, quoique tout aussi ragoûtant, que La Revue Auto était conviée en région parisienne. Nom de l’établissement : le circuit d’essais de Mortefontaine,  qui accueillait ce jour-là une séance de dégustation gargantuesque, intitulée “Discovery Tour Renault Sport”. Comme son nom le suggère, le festin donnait à goûter des mets concoctés par la division sportive du constructeur français.

Un Menu relevé
En guise de mise en bouche, nous voici au volant de la Mégane IV GT et ses 205 ch, pour un cocktail de slaloms de virages et des manœuvres d’évitement. Objectif : apprécier le châssis “4Control” à 4 roues directrices, ingrédient unique à ce niveau de gamme. La suite de la carte est un brin plus relevée.

Clio-vs-Megane

Nous retrouvons la Clio RS dans sa mouture restylée, qui plus est dans sa version Trophy à l’assaisonnement épicé : 20 chevaux supplémentaires (à 220 ch), une suspension raidie et abaissée, le tout agrémenté d’une ligne d’échappement signée par le spécialiste Akrapovic. En somme, l’image, le son et le frisson, même si on aurait bien nappé le moteur, parfois peu démonstratif, d’une lichette de Tabasco. Du piment, il y en a en abondance derrière le volant de la Mégane III RS 275, future retraitée qui ne cesse de se bonifier comme le bon vin. Au palais, ce cru de 275 ch se fait vif, pétillant et d’une délicieuse rondeur.  Finalement, le seul plat qu’on n’a pu déguster est le plus pointu de tous : la Clio Cup. Il s’agit d’une Clio RS sauce compétition, allégée de 200 kg, avec baquets à harnais 6 points, arceaux de sécurité, suspensions réglables, voies élargies, boîte séquentielle et freins Brembo. Le baptême de piste sur 3 tours, aux côtés d’un pilote professionnel, nous a offert une belle dose d’adrénaline en guise de dessert. Et accessoirement conforté notre choix d’une certaine modération durant la pause déjeuner, la vraie.