Et c’est parti ! La construction des bâtiments de la première tranche de l’usine PSA de Kénitra, à l’Atlantic Free Zone, a officiellement démarré le 15 juin dernier. Carlos Tavares, le président du directoire du constructeur, a justement fait le déplacement au Maroc pour participer à la cérémonie de lancement des travaux, aux côtés de Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, de l’Investissement et du Commerce.

Fruit d’un investissement de 557 millions d’euros et appliquant le nouveau concept “d’Usine excellente” initié par le groupe PSA, le site entrera en activité à la mi-2019, avec une capacité de production annuelle de 90 000 véhicules. Au fur et à mesure de sa montée en cadence, et selon la demande pour les modèles qui sortiront de ses chaînes, cette capacité pourrait atteindre à terme les 200 000 unités, dont l’écrasante majorité sera destinée à l’exportation vers les marchés africains et européens.

Un taux d’intégration de 65%

Les modèles en question appartiendront au segment des citadines et pourraient bien être les remplaçantes des Peugeot 208 et 2008 actuelles. Dans tous les cas, ils seront basés sur la nouvelle plateforme modulaire “CMP”, développée par le Groupe français et son partenaire chinois Dongfeng, et dont une partie de la conception a été confiée à Altran Maroc. Comme annoncé précédemment par La Revue Auto, le constructeur a confirmé son ambition de démarrer la production avec un taux d’intégration locale de 65%, comprenant notamment l’assemblage de moteurs, pour arriver dans une phase ultérieure à un taux de 80%.