Toujours n°1 des ventes mondiales de limousines, la Classe S ne déroge pas au traditionnel lifting de mi-carrière. Peu de choses à signaler côté look, avec une calandre revisitée, des optiques ornées de 3 stries lumineuses et des boucliers redessinés. Idem dans l’habitacle, où l’on notera surtout le volant 3 branches à touches tactiles et la mise à jour des deux immenses écrans de la planche de bord.

C’est au niveau du contenu technologique qu’il faut chercher les vraies nouveautés : le système de conduite autonome “Intelligent Drive” utilise  désormais les données de la navigation GPS, le stationnement peut se commander à distance (comme sur les BMW Séries 5 et 7), alors que la suspension active gagne la capacité d’incliner la voiture vers l’intérieur du virage, fonctionnalité jusqu’alors réservée au Coupé.

Le vaisseau amiral de Mercedes étrenne aussi de nouveaux moteurs, à savoir un 3.0 l Diesel, proposé en deux variantes de 286 ch (S 350 d) et 340 ch (S 400 d), et le V8 4.0 l essence qui se décline en 469 ch (S 560) et 612 ch (S 63 AMG). La commercialisation de la “nouvelle” Classe S est attendue dans les prochaines semaines.