Quelques jours avant sa présentation au Salon de Genève, la deuxième génération de la Peugeot 508 se dévoile. Oubliez la grande familiale sans histoires, la berline française veut désormais jouer dans un registre plus sexy et plus dynamique.

Qu’est-ce qui change ?
Tout, sauf le nom. L’actuelle 508 évolue dans le segment des berlines familiales classiques, telles les Volkswagen Passat, Ford Fusion et Opel Insignia. Sa remplaçante change son fusil d’épaule pour se placer dans la catégorie des « berlines-coupés ». Plus courte de 8 cm (à 4,75 m), plus basse de 6 cm et plus légère de 70 kg, elle s’habille d’une silhouette autrement plus dynamique et s’offre un hayon (oui, c’est une 5-portes !), des portières sans encadrement et une poupe fuyante pour se donner des airs de “coupé”. L’ensemble ne manque pas de charme, même si le coup de gouge sur les flancs paraît superflu et s’intègre assez mal au reste de la carrosserie.

Quelle base technique ?
La plateforme de la 508 II est partagée avec les 308, 3008 et 5008. Toutefois, elle a été retravaillée avec la présence d’un train arrière multibras et d’une suspension pilotée (selon les versions). Peugeot promet un comportement routier de haut niveau et un agrément digne des meilleures berlines de la catégorie. Vu le résultat obtenu sur la 308 ou le 3008 avec les mêmes dessous techniques, la promesse semble très réaliste.

Qu’en est-il de l’équipement ?
À l’intérieur, Peugeot joue encore plus la carte de l’originalité en reprenant le principe d’i-Cockpit déjà vu sur ses récentes productions : instrumentation placée en hauteur, petit volant, compteurs numériques et écran central tactile avec touches façon piano. Selon les niveaux de finition, l’équipement est à l’avenant, sans toutefois apporter de l’inédit : système de vision nocturne, régulateur de vitesse actif avec correction de cap, reconnaissance de panneaux de signalisation, sièges massants…

Quelle concurrence ?
En choisissant le segment des « berlines-coupés », la 508 II se retrouve en concurrence frontale avec l’Audi A5 Sportback et la BMW série 4 Gran Coupé. Le pari de la montée en gamme est donc clairement affiché, même si la Française s’affichera certainement à des tarifs inférieurs. Pour espérer chiper quelques acheteurs à ces rivales à l’image ô combien valorisante, le constructeur français affirme avoir poussé un cran plus haut le curseur de la qualité. À vérifier…

Qu’a-t-elle sous le capot ?
Au lancement, la 508 II donnera le choix entre 3 moteurs. En Diesel, l’offre compte le récent 1.5 l BlueHDi de 130 ch et le 2.0 Blue HDi, en 160 ou 180 ch. En essence, c’est le 1.6 l PureTech suralimenté qui sera proposé, en 180 ch ou 225 ch. Une déclinaison hybride rechargeable de 300 ch est attendue pour la fin 2019.

Quand arrivera-t-elle chez nous ?
Présentée au Salon de Genève, la 508 II sera commercialisée en Europe à l’automne 2018. Avec un peu de chance, elle devrait donc débarquer dans les concessions marocaines en fin d’année, sinon durant les premiers mois de l’année 2019.