La 5e génération de l’Audi A6 fait sa première apparition publique au Salon de Genève. Si son design n’a rien de révolutionnaire, il en est autrement de la partie technique et du contenu technologique.

 

Audi réplique aux BMW Série 5 et Mercedes Classe E avec la 5e génération de l’A6 qui, comme il est de tradition chez le constructeur aux Anneaux, change peu sur le plan esthétique, se contentant de se conformer au style des récentes A8 et A7 Sportback. La calandre “Singleframe” élargie et plus anguleuse, la ligne de toit un peu plus fuyante, les optiques travaillées et les feux arrière joints par un jonc chromé ne transfigurent guère la grande routière allemande. Les fidèles de la marque apprécieront, les autres crieront au mimétisme frileux.

Équipements : comme une A8, ou presque
Basée sur la même plateforme que la toute récente A8, mais 23 cm plus courte (à 4,94 m, soit 7 mm de plus que l’actuelle), la nouvelle A6 emprunte à sa grande soeur une bonne partie des innovations technologiques, visibles dès qu’on monte à bord. Ainsi, la planche de bord reprend l’interface MMI Touch Control à trois écrans, dont l’instrumentation numérique Virtual Cockpit et deux dalles tactiles qui commandent le système multimédia et de nombreuses fonctions de l’auto (dont la climatisation).
Impossible d’énumérer ici l’ensemble des équipements que propose la nouvelle Audi A6… et dont la majorité sera évidemment optionnelle. On se contentera de citer les plus spectaculaires comme la conduite autonome de niveau 3, le stationnement contrôlé à distance, l’accès et le démarrage via un smartphone ou encore la navigation GPS qui mémorise les habitudes de trajet du conducteur. Il y a également du nouveau côté liaisons au sol, avec l’arrivée d’un châssis à roues arrière directrices et d’une suspension adaptative dont les réglages anticipent le relief de la route.

L’hybridation (légère) pour tous
Au chapitre motorisation, l’A6 innove pour en adoptant l’hybridation légère pour l’ensemble de sa gamme. Explication : un alterno-démarreur permet de couper le moteur lorsqu’il n’est pas sollicité, ou lorsque la vitesse est inférieure à 22 km/h, réalisant ainsi un gain de consommation qui va jusqu’à 0,7 l/100 km.
Au lancement, l’offre de moteurs comprendra un 2.0 l Diesel de 204 ch (40 TDi), deux 3.0 l Diesel de 231 ch (45 TDi) et 286 ch (50 TDi), ainsi que le V6 essence 3.0 l de 340 ch (55 TFSi). Vous l’aurez remarqué, les appellations des motorisations changent en perdant toute référence à la cylindrée, nomenclature qui s’étendra progressivement à l’ensemble des modèles Audi. Vous aurez largement le temps de vous y habituer avant l’arrivée de l’A6 nouvelle génération dans les concessions marocaines : lancée sur le marché européen au cours de l’été prochain, elle ne devrait être commercialisée chez nous qu’au premier semestre 2019.