Déjà sacré champion du monde de Formule 1 (pour la 5e fois) il y a deux semaines, après sa 4e place au Grand Prix du Mexique, Lewis Hamilton débarquait sur le circuit d’Interlagos (à São Paulo, Brésil) avec un dernier objectif pour la saison : assurer le titre constructeur à Mercedes avant l’ultime manche d’Abou Dhabi.
Mission accomplie : en remportant le Grand Prix du Brésil, le pilote britannique a permis à Mercedes de décrocher son 5e titre d’affilée au Championnat du monde des constructeurs avec 620 points, loin devant son poursuivant, la Scuderia Ferrari (553 points). Il s’agit là de la 72e victoire en Formule 1 pour Hamilton, qui s’est imposé sur le circuit de l’Autódromo Hermanos Rodríguez devant le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull Racing) et le Finlandais Kimi Räikkönen (Scuderia Ferrari).
Depuis l’introduction en Formule 1 du moteur V6 hybride en 2014, la marque à l’étoile a outrageusement dominé la discipline reine du sport automobile, empochant tous les titres pilotes et constructeurs et réussissant l’exploit de signer 73 victoires sur les 99 courses tenues durant cette période.