Après le Kodiaq, Skoda lance un nouveau SUV, positionné un cran plus bas. Baptisé Karoq, il décline les arguments habituels de la marque tchèque, dont une finition soignée et un rapport prix-prestations très compétitif.

Jusqu’alors peu présent sur le marché des SUV, Skoda rattrape son retard au pas de charge. Après le Kodiaq, lancé chez nous il y a 6 mois, voici venir le Karoq, un SUV compact positionné un cran en-dessous. Pour les plus curieux, sachez que cet étrange patronyme est une contraction des termes “Kaa’raq” et “Ruq”, signifiant respectivement “voiture” et “flèche” dans la langue des Alutiiq, peuplade originaire de la côte sud de l’Alaska. Les équipes marketing de Skoda sont priés de nous éclairer sur un éventuel lien avec la marque tchèque…
En revanche, nous n’avons guère besoin de leurs lumières pour comprendre que le Karoq, remplaçant du défunt Yeti, ambitionne de marcher sur les plates-bandes du Nissan Qashqai, du Hyundai Tucson et, dans une moindre mesure, du Volkswagen Tiguan.

Un Kodiaq en réduction
Si vous êtes familiarisés avec le nouveau style Skoda, la plastique du Karoq n’aura rien de dépaysant. Alternant volumes anguleux et lignes acérés, ses traits rappellent inévitablement le Kodiaq, mais ses dimensions plus contenues (4,38 m de long, soit 32 cm de moins que le grand frère) participent à une silhouette plus équilibrée et des formes plus musclées. L’intérieur fait également dans la sobriété, avec une présentation ultra classique et surtout une finition soignée, faisant appel à des plastiques souples et, selon les finitions, à quelques matériaux flatteurs comme l’aluminium ou le bois. L’espace à bord se situe dans la bonne moyenne de la catégorie, alors que le coffre est l’un des plus logeables avec son volume de 521 litres.

Un équipement complet
Comme il est d’usage chez Skoda, l’équipement est plutôt généreux. Selon les trois versions proposées sur notre marché (“Ambition”, “Style” et “Edition Spéciale”), la dotation du Karoq va du complet au pléthorique, intégrant des raffinements comme les phares Full LED, l’accès et le démarrage sans clé, la sellerie cuir-Alcantara, le toit ouvrant panoramique ou le hayon de coffre motorisé à ouverture mains libres, sans oublier le très pratique système multimédia à écran tactile, compatible Apple CarPlay er Android Auto.
Reprenant la déclinaison SUV de la plateforme MQB du groupe Volkswagen (utilisée par les Volkswagen Tiguan et Seat Ateca), le Karoq pioche aussi ses motorisations dans la même banque d’organes. Le menu se limite chez nous à la motorisation Diesel la plus puissante, à savoir le 2.0 TDi dans sa variante de 143 ch, couplée d’office à la boîte automatique DSG à 6 rapports et à une transmission à 2 roues (avant) motrices. De tels choix de la part de l’importateur influencent logiquement les tarifs, qui restent toutefois très compétitifs. Comptez un ticket d’entrée de 279 000 DH, et plus de 340 000 DH pour la finition la plus huppée. Il y a certes moins cher dans la catégorie des SUVs compacts, mais peu rivalisent avec le Karoq en termes de rapport prix-prestations.

Fiche technique
Skoda Karoq 2.0 TDi DSG 4×2
Moteur : 4 cylindres 1 968 cm3, TurboDiesel + Common rail.
Puissance / Couple : 143 ch / 320 Nm.
Transmission : Roues avant motrices.
Boîte de vitesses : Automatique double embrayage à 6 rapports.
Vitesse maximale* : 212 km/h.
Consommation moyenne* : 5,3 l/100 km.
Dimensions (L/l/h) : 4,38 m / 1,84 m / 1,60 m.
Volume de coffre : de 521 à 1 630 litres.
(*) : Données constructeur.