Oubliez la grande familiale statutaire : la nouvelle Peugeot 508 se place désormais dans le registre plus sexy, mais aussi plus dynamique, du “coupé 5-portes”. Et on peut dire que son ramage vaut largement son plumage.

Qu’est-ce qui change ?
Tout, sauf le nom. Alors que la génération sortante évoluait dans le segment des berlines familiales, telles les Volkswagen Passat, Ford Fusion et autre Opel Insignia, la nouvelle Peugeot 508 se place plutôt dans la catégorie des “coupés 5-portes”. Plus courte de 8 cm (à 4,75 m), plus basse de 6 cm et plus légère de 70 kg, elle s’habille d’une silhouette autrement plus dynamique et s’offre un hayon (oui, c’est une 5-portes !), des portières sans encadrement et une poupe fuyante pour se donner des airs de “coupé”. L’ensemble ne manque manifestement pas de charme, bien loin du classicisme forcené de la mouture sortante.

Qu’en est-il de l’intérieur ?
L’habitacle de la nouvelle Peugeot 508 joue tout autant la carte de la différence. On retrouve le principe de “i-Cockpit”, si cher à la marque, avec le volant compact à double méplat, une instrumentation numérique placée en hauteur et un écran central tactile flanqué de touches de raccourcis façon “piano”. L’ensemble fait un peu fouillis, mais l’ergonomie reste irréprochable. Il en est de même pour la finition, en net progrès, mais qui ne rivalise toujours pas avec les références du premium allemand. En toute logique, les centimètres en moins se paient par une habitabilité en retrait, toutefois suffisante pour 5 personnes, même si sur la banquette arrière, la garde au toit est un peu juste pour les grands gabarits. Quant au coffre, s’il affiche un volume plus qu’honorable (487 litres), il brille surtout par son accessibilité, facilitée par un large hayon.

Du nouveau côté équipement ?
L’équipement s’avère assez généreux dès l’entrée de gamme “Active” (instrumentation digitale, démarrage sans clé, clim automatique, frein à main électrique, freinage autonome d’urgence, allumage automatique des feux et détecteur de pluie, rétroviseurs à réglages et escamotage électriques, jantes 17 pouces, système multimédia à écran tactile 8 pouces…), auquel la finition supérieure “Allure” ajoute des équipements supplémentaires comme les sièges avant électriques chauffants et massants, la caméra de recul ou encore un système d’infodivertissement plus complet, avec un écran tactile de 10 pouces, la navigation GPS et la compatibilité Apple CarPlay et Android Auto. Outre divers aménagements esthétiques, la version “GT Line”, qui clôt l’offre par le haut, apporte en plus des raffinements comme la sellerie cuir, le détecteur d’angles morts, les projecteurs Full LED directionnels, le hayon motorisé à ouverture mains libres, la recharge de smartphone sans fil ou encore des jantes 18 pouces.

Qu’est-ce qu’elle vaut au volant ?
La nouvelle Peugeot 508 reprend la plateforme des 308, 3008 et 5008, toutefois largement retravaillée et disposant de trains roulants spécifiques, dont un train arrière multibras. Le constructeur français annonce un comportement routier et un confort de haut niveau, promesse qu’on a pu vérifier sur un parcours de 700 bons kilomètres. Ce parcours, ralliant Casablanca à Tanger, alternait une grande portion autoroutière et une partie de routes moins lisses et surtout moins rectilignes.
Sur les premières, nous avons pu apprécier les talents de voyageuse de la Peugeot 508, qui fait montre d’une stabilité irréprochable, et surtout la santé du 2.0 l BlueHDi de 180 ch, unique moteur choisi par l’importateur local, associée exclusivement à la nouvelle boîte automatique EAT8 à 8 rapports. Bonne pioche ! Bien encapsulé, très performant (nous avons osé des vitesses inavouables) et d’une remarquable souplesse, il distille un excellent agrément qu’accompagne la transmission EAT8, douce, rapide et judicieusement étagée, mais qui n’égale pas en réactivité une unité à double embrayage.
C’est en quittant le réseau autoroutier qu’on goûte encore plus aux qualités de la nouvelle Peugeot 508. La direction est d’une impressionnante précision, le train avant, accrocheur, n’est jamais débordé par l’arrivée du couple et l’amortissement trouve un heureux compromis entre confort et efficacité. Les virages s’avalent sans la moindre inertie, procurant un grand plaisir de conduite. Et même poussée dans ses derniers retranchements, la Française arrive toujours à reprendre pied, sans jamais produire de réaction intempestive. Bref, les metteurs au point maison ont fait du très bon boulot, imposant cette nouvelle Peugeot 508 comme l’une des plus plaisantes à mener de son segment. 

Verdict
La nouvelle Peugeot ne manque pas de caractère, ni au niveau esthétique, ni à celui de l’agrément de conduite. Confortable, suffisamment habitable et très bien équipée, on ne peut lui reprocher que l’absence d’une version d’entrée de gamme, avec une motorisation plus modeste et un prix en conséquence (les prix vont de 339 000 DH à 439 000 DH). C’est le choix de l’importateur (et du constructeur), qui tiennent à imposer une image de généraliste premium pour la marque Peugeot.

 

Fiche technique
Peugeot 508 2.0 BlueHDi 180
Moteur : 4 cylindres 1 997 cm3, TurboDiesel + Common rail.
Puissance / Couple : 180 ch / 400 Nm.

Transmission : Roues avant motrices.
Boîte de vitesses : Automatique à 8 rapports.
Vitesse maximale* : 235 km/h.

Consommation moyenne* : 4,7 l/100 km.
Dimensions (L/l/h) : 4,75 m / 1,86 m / 1,40 m.

Volume de coffre : de 487 à 1 537 litres.
(*) : Données constructeur.