Après près de 20 ans de carrière, le Suzuki Jimny passe à une nouvelle génération qui conserve le même ADN. Découverte, volant en mains, d’un engin à la personnalité et aux charmes uniques.

Suzuki a attendu deux décennies avant de renouveler son Jimny. Un délai peu commun, pour un modèle qui l’est encore moins : à contre-courant de la vogue des SUV taillés pour l’asphalte, le petit 4×4 nippon est resté fidèle à ses gènes d’aventurier, consentant à peu de compromis.
C’est d’abord le cas au chapitre esthétique. Avec sa silhouette cubique, ses flancs plats, ses optiques rondes et sa calandre à 5 ouvertures, le Jimny rend ouvertement hommage à son aïeul, le Samurai (1981 – 1998), et joue avec bonheur la carte du vintage. Le résultat déborde d’un charme unique, avec ses airs de jouet encanaillé, surtout dans la teinte jaune “Kinetic Yellow”.

Assez d’espace… mais pas de coffre
Ce look pimpant contraste avec l’austérité intérieure. Hormis de rares concessions faites à la modernité, la règle est à la simplicité, conforme à l’identité de l’engin. Taillée dans des plastiques robustes mais uniformément noirs et durs, la planche de bord au dessin géométrique comporte ainsi une poignée de maintien aux vis apparentes et des compteurs aux cadrans carrés. Fantaisie, connais pas…
Atypique, le Jimny l’est aussi par ses dimensions. Long de 3,43 m (soit 14 cm de moins qu’une Fiat 500 !), il ne fait pas de miracle côté habitabilité. Il y a certes assez de place pour 4 adultes, mais le coffre en paie le prix avec une capacité réduite à 85 petits litres. Pour pouvoir emporter des bagages, il faudra donc rabattre les dossiers des sièges arrière… et en oublier les passagers. En outre, ce coffre est accessible via une porte battante peu pratique dans les petits espaces.

Un vrai baroudeur
Le CV technique du Jimny laisse peu de doutes sur sa vocation : nous sommes en présence d’un vrai crapahuteur, équipé d’un châssis échelle, d’essieux rigides et d’une transmission à 4 roues motrices enclenchable avec boîte de transfert et gamme de rapports courts. Ajoutez-y une garde au sol généreuse, des porte-à-faux réduits et des débattements de suspensions assez amples, et vous obtenez un redoutable franchisseur de poche, dont l’arsenal est complété par des béquilles électroniques comme l’ESP, l’aide au démarrage en cote ou le contrôle de vitesse en descente. Sans les avoir testées dans des conditions extrêmes, on peut affirmer que les aptitudes en off-road sont impressionnantes, et ceci même avec des simples pneus de route.

Du mieux sur la route
On appréhendait davantage le comportement sur le bitume, talon d’Achille de la génération sortante. À ce chapitre, les progrès sont patents grâce à des voies élargies, une direction à assistance électrique plus légère et un amortissement plus efficace. La tenue de cap et la stabilité en virage sont nettement améliorées, alors que l’ESP (et les 4 roues motrices) sont là pour endiguer les pertes d’adhérence. Le confort évolue également, bien qu’il faille composer avec une insonorisation quelconque. Plutôt vif, associé à un poids plume (1 050 kg) et à une boîte mécanique 5 rapports à l’étagement court, le 1.5 l essence de 102 ch offre des performances satisfaisantes, qui se paient toutefois par un appétit avoisinant les 8 l/100 km. Signalons que le petit 4×4 est également proposé dans une version à boîte automatique à 4 rapports, que nous n’avons pas testée. 

Totalement décalé par rapport aux mini-SUV qui pullulent sur le marché, le nouveau Jimny est resté un authentique aventurier, tout en bonifiant ses dons routiers, certes toujours perfectibles. Outre cette polyvalence, son premier atout reste sa plastique craquante, apte à en faire un véhicule à la mode. Et pour ne rien gâcher, ses tarifs restent relativement sages, allant de 195 000 DH à 215 000 DH (pour la version à boîte automatique).

Fiche technique
Suzuki Jimny 1.5 VVT (De 195 000 à 215 000 DH)
Moteur : 4 cyl. 1 462 cm3, injection essence + 16 soupapes.
Puissance / Couple : 102 ch/130 Nm.
Transmission : 4 roues motrices enclenchables.
Boîte de vitesses : Manuelle à 5 rapports (ou automatique à 4 rapports)
avec gamme de rapports courts.

Vitesse maximale* : 145 km/h (140 km/h)**.
Consommation moyenne* : 6,8 l /100 km (7,5 l /100 km)**.
Dimensions (L/l/h) : 3,43 m/1,65 m/1,72 m.
Volume de coffre : de 85 à 377 litres.
(*) : Données constructeur.
(**) : Version BVA.